Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Infos Marine Nationale


oui.gif Mesures d'organisation et d'adaptation de la défense 2019 - Marine nationalenouveau.png

A la suite de l'annonce du plan stratégique Mercator pour une Marine en 2030 et du vote de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 20205, les mesures de réorganisation prises pour 2019 s’inscrivent à la fois dans la stratégie de transformation de la Marine nationale et dans les mesures plus globales de renforcement des forces opérationnelles et des fonctions de renseignement, de protection et de cybersécurité.

Création de 7 équipages afin de permettre l’armement, la conduite des essais et la montée en puissance opérationnelle en vue de l’admission au service actif de nouveaux bâtiments et du passage d’autres bâtiments à 2 équipages :

• Noyau d’équipage de conduite de la première frégate multi-missions de défense aérienne « Alsace » à Lorient.

• Noyau d’équipage Bleu du sous-marin nucléaire d’attaque Duguay-Trouin.(type Barracuda)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Aquitaine à Brest. (1)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Languedoc à Toulon.

• Équipage du troisième patrouilleur léger demandé pour les Antilles après le passage de l’ouragan Irma.

• Deuxième équipage à 20 marins du patrouilleur de service public Flamant à Cherbourg

• Deuxième équipage des bâtiments de soutien et d’assistance hauturier Seine et Garonne, respectivement destinés à Toulon et Brest (voir présentation ci-dessous).

• Centre de renseignement de l’opération Atalante, le Maritime Security Center – Horn of Africa (MSCHoA) créé à Brest et mis sur pied dans le cadre d’un accord franco-espagnol pour évaluer la situation maritime et les risques de piraterie dans la zone de la corne de l’Afrique. Cette création est une conséquence du Brexit.

Dissolution de 5 équipages :

• Frégate anti-sous-marine Primauguet, basée à Brest.

• Frégate anti-aérienne Cassard, basée à Toulon.

• Sous-marin nucléaire d’attaque Saphir, basé à Toulon.

• Remorqueur ravitailleur Taapé, basé à Toulon.

• Bâtiment de soutien de région Elan, basé à Cherbourg.

Poursuite de la manoeuvre de transformation :

• Création d’une antenne de l’école de Maistrance à Toulon.

• Poursuite de la manoeuvre de renforcement du soutien aéronautique.

• Renforcement de la chaîne sémaphorique sur la façade Atlantique.

• Création d’un peloton de sûreté maritime et portuaire de gendarmes maritimes à Calais.

• Renforcement de la brigade de gendarmerie maritime à Nice.

  1. Point d’info sur le programme FREMM

Alors que la FREMM [Frégate multimissions] « Provence » vient de rejoindre Toulon pour compenser le retrait de la frégate anti-sous-marine « Jean de Vienne », la Direction générale de l’armement [DGA] vient de réceptionner la « Bretagne », le cinquième navire de la série destiné à la Marine nationale.

Le programme FREMM est conduit au sein de l’Organisation conjointe de coopération en matière de programmes d’armement [OCCAR], en coopération avec l’Italie. Il participe à renouveler la composante frégate de la marine avec 8 bâtiments qui constitueront la colonne vertébrale de la flotte de surface. Les FREMM, conçues, développées et entretenues par Naval Group, sont les seules frégates européennes à mettre en œuvre des missiles de croisière navals [MdCN] .

Étant connu que la façade méditerranéenne est déjà pourvue de 3 FREMM de lutte anti-sous-marine, la Bretagne, premier bâtiment à porter ce nom depuis 70 ans, sera basée à Brest, avec l’Aquitaine et, à terme, la Normandie, mise à l’eau en février dernier au chantier naval de Naval Group à Lorient.

Selon la Loi de programmation militaire 2019-25 que le président Macron a promulguée le 13 juillet, la FREMM Normandie sera livrée en 2019. Les deux derniers navires de la série (Alsace et Lorraine), qui auront des capacités renforcées dans le domaine de la défense aérienne, seront livrés en 2021 et en 2022.

Ce texte prévoit également l’entrée en service des deux premières des cinq Frégates de taille intermédiaire [FTI] d’ici à 2025 ainsi que la rénovation, avec l’ajout d’un sonar, de 3 frégates légères furtives de type La Fayette. Le but de la manoeuvre est de permettre à la Marine nationale de disposer de 15 navires de « premier rang ».

Initialement, il était prévu de construire 17 FREMM pour les besoins de la « Royale ». Seulement, par souci d’économies lors de l’élaboration de la LPM 2009-14, la cible a été revue à 11 exemplaires (au passage, selon la Cour des comptes, le coût unitaire d’une FREMM s’est envolé de 67% par rapport au prix initial).

Puis, la LPM suivante a revu une nouvelle fois l’objectif à la baisse, la priorité ayant été donnée au programme FTI, censé « doper » les exportations.

Pour rappel, armée par un équipage réduit à 108 marins, une FREMM assure des missions allant de la lutte anti-sous-marine et anti-navire à la maîtrise d’une zone d’opération maritime en passant par la frappe de précision dans la profondeur avec ses 16 MdCN. Dotée du système de combat de dernière génération SETIS, de deux sonars (1 remorqué et 1 de coque), de systèmes de guerre électronique, elle  dispose de 16 missiles surface-air Aster 15, de 8 missiles mer-mer Exocet, de 19 torpilles MU-90, de 4 mitrailleuses, dont 2 téléopérées, d’un canon de 76 mm et d’un hélicoptère de type NH-90 NFH « Caïman ».

S’agissant des équipages, lors d’une récente audition parlementaire, et après avoir admis que la Marine avait été « trop loin » dans la réduction des équipages de ses nouvelles frégates. le CEM, l’Amiral Prazuck, avait expliqué que son plan stratégique  Mercator pour la Marine 2030 prévoyait de doubler les équipages de FREMM, à l’instar de ce qui est pratiqué dans les sous-marins, afin de garantir aux équipages de la prévisibilité sur leurs programmes d’activité.

pic.twitter.com/GWHxHdZqKp

compte Twitter du Chef d'état-major de la Marine (@amiralPrazuck) 20 juillet 2018

oui.gif Cherbourg, la plus grande rade artificielle du monde

L'histoire en images de la construction de la digue qui a donné au port de Cherbourg la destinée qu'on lui connait aujourd'hui en lui conférant une importance stratégique inégalée. Pour en savoir plus....

oui.gif12 intercepteurs UFAST pour les fusiliers-marins….

VPDMP.jpg

Des vedettes ultrarapides, blindées et lourdement armées vont équiper les fusiliers-marins dans le cadre du renforcement de leurs moyens dédiés à la protection des bases navales métropolitaines et de points d’appui à l’étranger. Il s’agit, en particulier, de disposer de capacités adéquates pour neutraliser une attaque terroriste lancée depuis la mer contre des infrastructures portuaires ou des bâtiments militaires, unités de surface comme sous-marins.

La Direction Générale de l’Armement [DGA] a confié au constructeur breton UFAST la réalisation de 12 Vedettes protégées de défense maritime [VPDMP], dont le premier exemplaire devrait être mis à l’eau début 2019.

Pour en savoir plus…..

oui.gif  Le premier BSAH a été réceptionné….

BSAH Loire.jpg

Alors que le « Loire », premier des quatre bâtiments de soutien et d’assistance hauturier [BSAH] attendus par la Marine nationale, déjà affecté à Toulon son port de base,  a été réceptionné par la DGA le 22 mars, le second BSAH, le « Rhône », est encore en construction à Concarneau et doit être livré à la base navale de Brest l’été prochain. Les deux dernières unités (la « Garonne » et la « Seine ») seront mis en service en 2019.

Construit avec des technologies utilisées dans les activités civiles offshore, ce bateau est conçu pour effectuer trois types de missions : le soutien des forces (accompagnement de bâtiments de surface et de sous-marins, remorquage de navires à fort tonnage, etc…), la sauvegarde maritime (sauvetage en mer, assistance à navire en détresse, lutte contre la pollution) et le soutien de région (travaux maritimes, transport, ravitaillement, support aux investigations, etc.)

Pour en savoir plus...

oui.gif Une visite virtuelle des bâtiments et aéronefs de la Marine nationale

Cliquer sur le lien et aller à la découverte,…..
C'est superbe et l'on s'y croirait vraiment !!
A visionner sans modération ………….!!!!

http://visites.colsbleus.fr/index.html
 

oui.gif Information sur le recrutement dans la Marine Nationale

Chaque année, la Marine nationale propose à 3500 jeunes de 16 à 30 ans du niveau 3ème à Bac+5 de rejoindre ses équipages parmi 50 métiers.

Etre marin, c’est choisir d’être militaire, professionnel de la mer, c‘est choisir d’évoluer dans une institution où les valeurs de solidarité et d’autonomie se vivent au quotidien.

Selon le niveau d’études trois filières d’accès sont proposées pour devenir :

Matelot de la Flotte et quartier maître

Officier marinier

Officier

Cliquez sur une des filières pour en savoir plus

Rappel des critères d’accès

criteres acces.jpg

Quelle que soit leur filière d’accès (matelot, officier marinier,  officier), les marins suivent une formation initiale dans une école de la Marine. Ils peuvent être affectés à terre ou en mer, en métropole ou Outre-mer.

Tout au long de leur carrière, ils ont la possibilité de suivre des formations et de passer des concours internes pour évoluer et accéder à des responsabilités supérieures.

> Où s’informer ?

Chaque troisième mercredi du mois de 10 h à 12 h à VILLENEUVE-SUR-LOT, une permanence se tient à la Mairie (rez de jardin, à gauche de l’escalier principal), organisée par le CIRFA MARINE de Bordeaux (Centre d'information et de Recrutement des Forces Armées). Il est nécessaire de prendre préalablement rendez-vous (CIRFA/Marine Bordeaux 05.57.53.60.23)


Adresse postale du CIRFA. : CIRFA Caserne Nansouty 223 rue de Bègles CS21152 - 33068 Bordeaux Cedex

Adresse géographique : 50  rue des Trois Conils Bordeaux Centre

Informations par internet : www.etremarin.fr

Courriel : marine.infocarrieres@wanadoo.fr

Vous pouvez également vous adresser à notre l'association qui peut vous guider et vous conseiller.
E-mail : ammacdufumelois@free.fr ou en consultant les liens de ce site.
 



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Free counters! MENTIONS LEGALES