Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Infos Marine Nationale


oui.gif La Marine nationale reprend les recherches du sous-marin la Minerve nouveau.png

Communiqué du ministère des Armées, 05/02/19

Florence Parly, ministre des Armées, a décidé la reprise des recherches de l’épave du sous-marin Minerve, disparu tragiquement au large de Toulon le 27 janvier 1968. Il s’agit aujourd’hui de profiter de la mise en service d’équipements de haute technologie dont des drones sous-marins pour reprendre les recherches qui avaient été infructueuses après cet accident. 

Les recherches seront confiées à la Marine nationale, avec le concours de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) et du Shom (service Hydrographiques et Océanographique de la Marine). L’opération sera conduite localement par l’amiral commandant en chef pour la Méditerranée.

Cette campagne de recherche commencera par des essais techniques de quelques jours en février, dans la zone de présence possible de la Minerve, déterminée par l’analyse des enregistrements sismiques de l’implosion du sous-marin lors de sa disparition. Elle se poursuivra pendant le mois de juillet pour bénéficier de conditions météorologiques favorables à cette période et se déroulera en plusieurs phases, consistant successivement à détecter, analyser puis identifier les objets présents sur le fonds. Les moyens mis en œuvre comprennent des bâtiments porteurs de sondeurs multifaisceaux, des drones sous-marins et un mini sous-marin capable de photographier à grande profondeur. Lire la suite…

Dernière nouvelle  : Le "Pourquoi Pas"  a effectué une première mission de repérage au cours du 7 au 19 février. L'Amiral préfet maritime pour la Méditerranée en a rendu compte aux familles . Lire le compte rendu

oui.gif La mission CLEMENCEAU est partie 

(sources ministère des Armées)

Le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, a appareillé de la base navale de Toulon ce mardi 5 mars pour un déploiement opérationnel de plusieurs mois baptisé Clemenceau.

Des moyens français, européens et internationaux (Australie, Danemark, Etats-Unis, Portugal et Royaume-Uni) seront déployés autour du porte-avions français qui  accueillera à son bord le groupe aérien embarqué composé de 30 Rafale Marine, 2 avions de guet aérien E-2C Hawkeye, 2 hélicoptères Dauphin et un Caïman Marine. Le groupe aéronaval (GAN) ainsi constitué, baptisé TF 473, offre à la France et ses alliés de multiples capacités, adaptables en fonction du contexte : projection de puissance, maîtrise des espaces aéro-maritimes, renseignement, etc.

Bénéficiant des atouts liés à la liberté de navigation, la TF 473, commandée par le contre-amiral Olivier Lebas, est un véritable outil politico-militaire, qui se déploiera dans des zones d’intérêt stratégique, allant de la Méditerranée à la zone Indo-Pacifique en passant par l’océan Indien.

Ainsi prépositionnée, cette force navale sera capable d’intervenir en fonction des besoins opérationnels et de lutter contre les menaces pesant sur les intérêts de la France et des Français. L’intégration du groupe aéronaval à l’opération Chammal, lors de sa présence en Méditerranée orientale, entre ainsi dans ce cadre. Après avoir contribué de manière significative à la lutte contre Daesh lors de trois déploiements précédents, le GAN complètera le dispositif militaire français et apportera à la coalition sa capacité aéronavale de surveillance, d’intervention et d’appréciation de situation pour lutter contre Daesh.

De plus, ce déploiement permettra à la France de renforcer ses partenariats stratégiques en développant des liens forts, des habitudes de travail et une connaissance mutuelle indispensables à l’efficience opérationnelle. Des échanges et exercices seront menés tout au long de la navigation, notamment avec l’Australie, l’Egypte et l’Inde, afin de coopérer avec nos alliés et partenaires et de faire rayonner la France.

PA_CDG.png

oui.gif Le retour de l’aéronavale japonaise nouveau.png

Source CERPA- Armée de l'Air

Le 18 décembre 2018, le gouvernement Abe, dans le cadre de l’adoption du plan de défense, a validé l’acquisition de chasseurs américains F-35 A et B ainsi que la transformation des porte-hélicoptères destroyer Izumo et Kaga en porte-aéronefs, les premiers depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette décision marque une nouvelle évolution de la politique pacifiste et défensive du Japon adoptée après 1945 et s’inscrit dans un contexte de contentieux territorial avec la Chine autour de la souveraineté de l’archipel Sankaku/Diaoyu. Lire la suite...

oui.gif La Grande-Bretagne, état des lieux maritime à l’heure du Brexit nouveau.png

Source ISEMAR

Au printemps 2019, la Grande-Bretagne entre dans une nouvelle période politique et économique en sortant de l’UE. S’il est difficile de dire ce que seront les prochains mois et années, l’ISEMAR se propose de brosser un large tableau de tout ce qui fait les industries maritimes et portuaires de la nation historiquement la plus liée à mer d’Europe et du monde. En effet, à la fois système insulaire et foyer d’origine du commerce maritime moderne, la Grande-Bretagne va entrer dans un monde nouveau du point de vue des échanges. Cela concerne l’environnement énergétique, le fonctionnement portuaire et les liens rouliers avec le continent. La GB maritime va aussi être affectée par le Brexit, car si le shipping reste à l’échelle globale, être dans l’UE n’était pas une chose neutre et il est probable que le centre maritime majeur qu’est Londres va perdre un peu de sa splendeur. Lire la suite..

oui.gif Mesures d'organisation et d'adaptation de la défense 2019 - Marine nationale

A la suite de l'annonce du plan stratégique Mercator pour une Marine en 2030 et du vote de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 20205, les mesures de réorganisation prises pour 2019 s’inscrivent à la fois dans la stratégie de transformation de la Marine nationale et dans les mesures plus globales de renforcement des forces opérationnelles et des fonctions de renseignement, de protection et de cybersécurité.

Création de 7 équipages afin de permettre l’armement, la conduite des essais et la montée en puissance opérationnelle en vue de l’admission au service actif de nouveaux bâtiments et du passage d’autres bâtiments à 2 équipages :

• Noyau d’équipage de conduite de la première frégate multi-missions de défense aérienne « Alsace » à Lorient.

• Noyau d’équipage Bleu du sous-marin nucléaire d’attaque Duguay-Trouin.(type Barracuda)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Aquitaine à Brest. (1)

• Deuxième équipage de la frégate multi-missions Languedoc à Toulon.

• Équipage du troisième patrouilleur léger demandé pour les Antilles après le passage de l’ouragan Irma.

• Deuxième équipage à 20 marins du patrouilleur de service public Flamant à Cherbourg

• Deuxième équipage des bâtiments de soutien et d’assistance hauturier Seine et Garonne, respectivement destinés à Toulon et Brest (voir présentation ci-dessous).

• Centre de renseignement de l’opération Atalante, le Maritime Security Center – Horn of Africa (MSCHoA) créé à Brest et mis sur pied dans le cadre d’un accord franco-espagnol pour évaluer la situation maritime et les risques de piraterie dans la zone de la corne de l’Afrique. Cette création est une conséquence du Brexit.

Dissolution de 5 équipages :

• Frégate anti-sous-marine Primauguet, basée à Brest.

• Frégate anti-aérienne Cassard, basée à Toulon.

• Sous-marin nucléaire d’attaque Saphir, basé à Toulon.

• Remorqueur ravitailleur Taapé, basé à Toulon.

• Bâtiment de soutien de région Elan, basé à Cherbourg.

Poursuite de la manoeuvre de transformation :

• Création d’une antenne de l’école de Maistrance à Toulon.

• Poursuite de la manoeuvre de renforcement du soutien aéronautique.

• Renforcement de la chaîne sémaphorique sur la façade Atlantique.

• Création d’un peloton de sûreté maritime et portuaire de gendarmes maritimes à Calais.

• Renforcement de la brigade de gendarmerie maritime à Nice.

  1. Point d’info sur le programme FREMM

Alors que la FREMM [Frégate multimissions] « Provence » vient de rejoindre Toulon pour compenser le retrait de la frégate anti-sous-marine « Jean de Vienne », la Direction générale de l’armement [DGA] vient de réceptionner la « Bretagne », le cinquième navire de la série destiné à la Marine nationale.

Le programme FREMM est conduit au sein de l’Organisation conjointe de coopération en matière de programmes d’armement [OCCAR], en coopération avec l’Italie. Il participe à renouveler la composante frégate de la marine avec 8 bâtiments qui constitueront la colonne vertébrale de la flotte de surface. Les FREMM, conçues, développées et entretenues par Naval Group, sont les seules frégates européennes à mettre en œuvre des missiles de croisière navals [MdCN] .

Étant connu que la façade méditerranéenne est déjà pourvue de 3 FREMM de lutte anti-sous-marine, la Bretagne, premier bâtiment à porter ce nom depuis 70 ans, sera basée à Brest, avec l’Aquitaine et, à terme, la Normandie, mise à l’eau en février dernier au chantier naval de Naval Group à Lorient.

Selon la Loi de programmation militaire 2019-25 que le président Macron a promulguée le 13 juillet, la FREMM Normandie sera livrée en 2019. Les deux derniers navires de la série (Alsace et Lorraine), qui auront des capacités renforcées dans le domaine de la défense aérienne, seront livrés en 2021 et en 2022.

Ce texte prévoit également l’entrée en service des deux premières des cinq Frégates de taille intermédiaire [FTI] d’ici à 2025 ainsi que la rénovation, avec l’ajout d’un sonar, de 3 frégates légères furtives de type La Fayette. Le but de la manoeuvre est de permettre à la Marine nationale de disposer de 15 navires de « premier rang ».

Initialement, il était prévu de construire 17 FREMM pour les besoins de la « Royale ». Seulement, par souci d’économies lors de l’élaboration de la LPM 2009-14, la cible a été revue à 11 exemplaires (au passage, selon la Cour des comptes, le coût unitaire d’une FREMM s’est envolé de 67% par rapport au prix initial).

Puis, la LPM suivante a revu une nouvelle fois l’objectif à la baisse, la priorité ayant été donnée au programme FTI, censé « doper » les exportations.

Pour rappel, armée par un équipage réduit à 108 marins, une FREMM assure des missions allant de la lutte anti-sous-marine et anti-navire à la maîtrise d’une zone d’opération maritime en passant par la frappe de précision dans la profondeur avec ses 16 MdCN. Dotée du système de combat de dernière génération SETIS, de deux sonars (1 remorqué et 1 de coque), de systèmes de guerre électronique, elle  dispose de 16 missiles surface-air Aster 15, de 8 missiles mer-mer Exocet, de 19 torpilles MU-90, de 4 mitrailleuses, dont 2 téléopérées, d’un canon de 76 mm et d’un hélicoptère de type NH-90 NFH « Caïman ».

S’agissant des équipages, lors d’une récente audition parlementaire, et après avoir admis que la Marine avait été « trop loin » dans la réduction des équipages de ses nouvelles frégates. le CEM, l’Amiral Prazuck, avait expliqué que son plan stratégique  Mercator pour la Marine 2030 prévoyait de doubler les équipages de FREMM, à l’instar de ce qui est pratiqué dans les sous-marins, afin de garantir aux équipages de la prévisibilité sur leurs programmes d’activité.

pic.twitter.com/GWHxHdZqKp

compte Twitter du Chef d'état-major de la Marine (@amiralPrazuck) 20 juillet 2018

oui.gif Cherbourg, la plus grande rade artificielle du monde

L'histoire en images de la construction de la digue qui a donné au port de Cherbourg la destinée qu'on lui connait aujourd'hui en lui conférant une importance stratégique inégalée. Pour en savoir plus....

oui.gif Toulon et sa rade nouveau.png

La rade de Toulon abrite le port militaire de Toulon qui est la principale base navale française en accueillant la majeure partie de la Fore d'action navale comprenant notamment le porte-avions Charles de Gaulle ainsi que les sous-marins nucléaires d'attaque, ce qui représente plus de 60% du tonnage de la Marine nationale.           

 Visitez la rade de Toulon en images...PPS.jpg

oui.gif Une visite virtuelle des bâtiments et aéronefs de la Marine nationale

Cliquer sur le lien et aller à la découverte,…..
C'est superbe et l'on s'y croirait vraiment !!
A visionner sans modération ………….!!!!

http://visites.colsbleus.fr/index.html
 

oui.gif Les plus beaux voiliers du monde : PPS.jpg

oui.gif La face cachée de l'Hermione

La nouvelle Hermione, dont la construction a demandé près de vingt ans, réplique en tout point de la première frégate du XVIIIe siècle, a dû, sécurité oblige, sacrifier à la modernité et répondre aux conditions que l’on exige en 2015, pour autoriser un bateau à prendre la haute mer.

Le document qui vous est proposé montre  comment ces aménagements ont été intégrés dans la frégate.

Pour en savoir plus,  cliquez_ici.gif

 oui.gif Information sur le recrutement dans la Marine Nationale

Chaque année, la Marine nationale propose à 3500 jeunes de 16 à 30 ans du niveau 3ème à Bac+5 de rejoindre ses équipages parmi 50 métiers.

Etre marin, c’est choisir d’être militaire, professionnel de la mer, c‘est choisir d’évoluer dans une institution où les valeurs de solidarité et d’autonomie se vivent au quotidien.

Selon le niveau d’études trois filières d’accès sont proposées pour devenir :

Matelot de la Flotte et quartier maître

Officier marinier

Officier

Cliquez sur une des filières pour en savoir plus

Rappel des critères d’accès

criteres acces.jpg

Quelle que soit leur filière d’accès (matelot, officier marinier,  officier), les marins suivent une formation initiale dans une école de la Marine. Ils peuvent être affectés à terre ou en mer, en métropole ou Outre-mer.

Tout au long de leur carrière, ils ont la possibilité de suivre des formations et de passer des concours internes pour évoluer et accéder à des responsabilités supérieures.

> Où s’informer ?

Chaque troisième mercredi du mois de 10 h à 12 h à VILLENEUVE-SUR-LOT, une permanence se tient à la Mairie (rez de jardin, à gauche de l’escalier principal), organisée par le CIRFA MARINE de Bordeaux (Centre d'information et de Recrutement des Forces Armées). Il est nécessaire de prendre préalablement rendez-vous (CIRFA/Marine Bordeaux 05.57.53.60.23)


Adresse postale du CIRFA. : CIRFA Caserne Nansouty 223 rue de Bègles CS21152 - 33068 Bordeaux Cedex

Adresse géographique : 50  rue des Trois Conils Bordeaux Centre

Vous pouvez également vous adresser à notre l'association qui peut vous guider et vous conseiller.

E-mail : ammacdufumelois@free.fr ou en consultant les liens de ce site.
 

Et à tout moment sur le site internet www.etremarin.fr  ou par courriel marine.infocarrieres@wanadoo.fr 

marin1.PNG

marins2.PNG

marins3.PNG



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Free counters! MENTIONS LEGALES