Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...


Infos Marine Marchande


oui.gif 1. Nouvelles du monde de la marine marchande.nouveau.png

 puce.gif 1-1. 11_logo_armateurs.pngLes armateurs français pour un pavillon français compétitif.

11.jpg

Plus de marins et de bateaux français.

C’est l’objectif de ce plan stratégique mis au point par Armateurs de France, le syndicat patronal du secteur de la marine marchande. « Il s’agit de l’aboutissement d’un processus lancé il y a un an, suite au discours volontariste du président de la République à Montpellier », dit Jean-Marc Lacave, délégué général d’Armateurs de France. « Nous avons vécu une année 2020 très particulière, qui a encore davantage montré l’importance stratégique de la marine marchande et des marins, que l’on doit vraiment traiter comme des travailleurs essentiels ». Ceci est également demandé par l’ONU et l’IMO dans une résolution du mois de novembre 2020.

Les armateurs demandent un plan stratégique pour la marine marchande pour le printemps 2021.

« Nous avons élaboré un plan axé autour de quatre thématiques qui ne vont pas l’une sans l’autre ». Il y a d’abord « la solidarité économique », qui verrait l’extension d’une obligation de pavillonnement tricolore, telle qu’elle existe actuellement pour le pétrole et ses produits en vertu de la loi de 1992 et de ses évolutions, pour des biens essentiels ». « La pandémie actuelle a montré la nécessite d’avoir une souveraineté sur la logistique de ces produits indispensables que peuvent être des médicaments, l’agro-alimentaire, les sources d’énergie. Il ne s’agit pas d’imposer un transport à 100% sous pavillon français mais pour une partie, au moins ».

Le deuxième pilier est environnemental. Un domaine déjà largement encadré par les règlementations internationales, qu’elles émanent de l’Organisation Maritime Internationale ou de l’Union Européenne. Les armateurs veulent mettre en place des moyens pour accompagner la marine marchande dans cette transition, « comment faire pour rétrofiter un bateau récent qui doit être conforme aux standards des 25 prochaines années ? Comment financer un navire neuf totalement conforme avec des solutions industrielles en développement ? » Pour accompagner cette transition écologique, l’organisation patronale veut s’impliquer davantage, discuter avec les industriels, et notamment la construction navale française.

Autre domaine de travail, le social « pour lequel le monde maritime a déjà une longue tradition de dialogue ». Armateurs de France souhaite ainsi voir une amélioration de la féminisation de la profession et de son attractivité. « Cela ne rime à rien de vouloir avoir davantage de navires, si nous n’avons pas des marins et officiers pour les armer ». Alors que la profession fait à nouveau face à une pénurie d’officiers, les armateurs renouvellent leur confiance à l’ENSM : « Nous avons un très bel outil public de formation sur lequel nous devons continuer à mieux capitaliser : c’est un véritable partenariat public-privé, et il faut que les armateurs continuent à s’investir pour toujours améliorer la qualité de l’enseignement que ce soit avec des équipements, des TP ou lors des embarquements.

Source : Armateurs de France décembre 2020

puce.gif  1.2. Jan de Nul – Découpe de la première tôle du navire LES ALEZIES

12a.jpg 12b.jpg

La construction du navire LES ALEZIES de la compagnie BELGE JAN DE NUL a débuté dans les chantiers chinois GHMI. Le navire dédié aux travaux offshore, notamment sur le marché éolien, mesurera 236 m de longueur et 52 m de largueur. La surface du pont sera de 9300 m2. Le navire sera équipé d’un système de positionnement dynamique DP2, de 4 propulseurs SHOTTEL azimutaux de 3000 kW et de deux propulseurs rétractable de 3250 kW. La vitesse maximale du navire sera de 13 nœuds. Le navire sera équipé avec une grue HUISMAN de 5.000 tonnes. La livraison du navire est prévue pour avril 2022.

Source: Jan DE Nul – Décembre 2020

puce.gif 1.3 Les pertes de conteneurs continuent de préoccuper le monde maritime.

Les pertes de conteneurs en mer ne datent pas d’aujourd’hui. Cependant, avec la perte et les dommages subis par 1900 conteneurs à bord ONE APUS (photo ci-dessous) au large d’Hawaï, le monde maritime s’interroge sur ce fléau.

13.jpg

Vingt sinistres en 2020

Dans la dernière édition de sa newsletter, le consultant néerlandais DYNAMAR revient sur une année 2020 marquée par de nombreux sinistres. Avec l’incident survenu en ce début du mois de décembre par le m/s ONE APUS, l’année 2020 totalise, à ce jour, vingt cas similaires. Pour le consultant néerlandais, la perte de 1900 boîtes par le m/s ONE APUS n’est qu’un cas parmi les autres. Il est difficile de faire un total précis du nombre de conteneurs perdus au cours de l’année en raison des différentes sources.

Défaut d’amarrage et incendies.

En effet, deux types de sinistres sont enregistrés par les armateurs. Les premiers visent les conteneurs perdus en mer en raison d’un mauvais temps ou d’un défaut d’amarrage des boîtes. Les seconds sont dus à des incendies à bord des navires. Néanmoins, à chaque sinistre, les armateurs et les autorités concernées s’attachent à connaître le contenu de ces boîtes. Ainsi, sur le m/s ONEAPUS, des 1900 conteneurs perdus en mer, une quarantaine de boîtes devraient contenir des produits dangereux.

Dans ce contexte, l’étude menée par le World Shipping Council (WSC) cette année montre que sur les douze dernières années, les pertes de conteneurs ont diminué. En effet, de 2008 à 2019, la moyenne annuelle des pertes de conteneurs s’estime aux environs de 1382 par an. Le WSC indique dans son enquête que les pertes de conteneurs sont en baisse au cours des dernières années.

2013 : une année noire

En effet, de 2008 à 2010, la moyenne annuelle des pertes de conteneurs s’est établie à 675 par an. Sur la période suivante, de 2011 à 2013, cette moyenne est montée à 2683 pertes par an. Une escalade due à la perte totale du MOL COMFORT qui a coulé avec 4293 boîtes. « Heureusement depuis cette année-là, nous n’avons pas enregistré de pertes aussi massives », indique le rapport du WSC. Entre 2014 et 2016, le naufrage du m/s EL FARO a encore fait monter les chiffres. Ce navire a perdu 33 membres d’équipages et 517 conteneurs. La baisse des trois dernières années, de 2017 à 2019, la moyenne annuelle a été divisée par deux à 779 conteneurs par an. Et ce, malgré la perte de plus de 100 boîtes dans deux naufrages. La perte de 1900 boîtes par le m/s ONE APUS devrait faire monter les chiffres pour 2020.

Source : DYNAMAR – Splash247/com

puce.gif 1.4 Les actes de piraterie continuent dans le Golfe de Guinée.

  • Le 5 décembre le méthanier m/t VERRAZANE, pavillon Français est attaqué à 210 Nm au sud de Lagos – Nigéria. Selon V-Ship France l’équipage est sain et sauf.

14a.jpg

  • Le 15 décembre, 5 membres d’équipage du caboteur m/s CAP SAINT GEORGE sont pris en otage par des pirates au large de Bayelsa – Nigéria. Le même jour le pétrolier NEW RANGER est attaqué pour le 3ième fois ce mois dans les eau territoriales du Nigéria à 100 Nm de Brass River.
  • Le 16 décembre le navire Camerounais m/s STELVA est attaqué et 8 membres d’équipage ont été pris en otage à 28 Nm au Sud-Ouest de Brass River – Nigéria.
  • Le 19 décembre le porte-conteneurs MAERSK CADIZ, pavillon singapourien est attaqué par des pirates à 18 Nm au Sud de Bonny Island – Nigéria. 

14b.jpg

  • Le 21 décembre le porte conteneurs PORT GDYNIA, pavillon Maltaise est abordé par des pirates en route de Lomé – Togo à Bata – Guinée Equatoriale.

14c.jpg

oui.gif 2. La flotte marchande dans le monde. nouveau.png

puce.gif  2.1. La flotte marchande française

Quatre-vingt-dix pour cent (90%) du commerce mondial se fait par voie maritime, qui est la clé de l’économie mondiale. La flotte mondiale de la marine marchande ou marine de commerce compte environ 91.000 navires, dont 426* sous pavillon français avec une capacité de + 2.000.000.000 Tonnes de port en lourd (DWT).

La flotte Française de commerce (transports et services maritimes) de plus de 100 DWT sous pavillon français compte 426 navires. Elle se décompose en une flotte de transport qui compte 186 navires, et une flotte de services maritimes qui s’élève à 240 navires. Les 186 navires dédiés au transport totalisent plus de 7 M de tonnes de port en lourd (DWT).

La flotte Française de transport est composée de :

Navires de transport

Nombre

Type

Nombre

Type

36

Pétroliers

12

Paquebots de croisière

8

Gaziers / transport GNL-LPG

46

Rouliers – passagers (ferries)

28

Porte-conteneurs

19

Navires à passagers

19

Rouliers

3

Autres (vraquier - bitumier)

15

Cargos

15

Navires de service

10

Câbliers

5

Ravitailleurs multi-rôle -MPSV

6

Recherche océanographique

5

Transport personnel

14

Support travaux maritime

8

Autres navires service offshore

2

Navires école

15

Dragues

22

Ravitailleurs offshore -PSV

119

Remorqueurs (port et haute mer)

18

Pose ancres - AHTS

10

Baliseurs

Types de navires composant la flotte marchande française :

Navires de transport

Pétrolier : transport pétrole brut / raffiné - produits chimiques

peetrolier.jpg

Gazier : transport de gaz GNL - LPG

gazier.png

Porte-conteneurs – transport de conteneurs

porte_conteneurs.jpg

Roulier – Ro-Ro (Roll on – Roll Off)

roulier.jpg

Cargo – transport de marchandises diverses

cargo.jpg

Paquebot de croisière

paquebot.png

Roulier passagers (ferries)

ferry.jpg

Navires à passagers

navire_a_passagers.jpg

Vraquier – transport en vrac de céréales – minerais etc..

vraquier.png

Navires de service

Câblier – pose des câbles sous-marins électriques – téléphoniques

cablier.jpg

Recherche océanographique

recherche_oceano.png

Travaux offshore –opère dans les champs pétrolier et éolien

plate_forme_offshore.png

Ravitailleur Offshore - PSV Platform Supply Vessel

ravitailleur_offshore.jpg

Navire pose ancres – AHTSV Anchor Handling Tug Supply Vessel –

Navire conçu pour poser les ancres des plateformes pétrolières

navire_pose_ancres.png

Ravitailleur multi-rôle - MPSV

Navire spécialement conçu pour des travaux sous-marins, équipé d’une grue à compensation active de houle pouvant travailler à des profondeurs d’eau jusqu’à 3000 m. Ces navires sont équipés d’un système de positionnement dynamique DP2

ravitailleur_multi_rele.jpg

Transport personnel (crew boats) – navires à très grande vitesse, jusqu’à 40 nœuds, utilisés pour le transport du personnel dans des champs pétroliers et éoliens offshore. Capacité de passagers jusqu’à 100 personnes

transport_personnel.jpg

Autres navires offshore (navires de plongée – navires sismiques)

navire_offshore.png

Dragues

drague.png

Remorqueurs (portuaires et haute mer)

remorqueur.jpg

Baliseurs

baliseur.jpg

Répartie entre les différents registres d’immatriculation, la flotte française de transport de plus de 100 DWT comprend 86 navires inscrits au Registre International Français (RIF), 61 navires au registre métropolitain et 39 navires aux registres d’Outre-mer, dont 22 en Polynésie Française. La flotte de services maritimes comprend 90 navires inscrits au Registre International Français (RIF), 135 navires au registre métropolitain et 15 navires aux registres d’Outre-mer.

*Chiffres 1 Juillet 2020 : source Direction Générale des infrastructures, des transports et de la mer

puce.gif  2.2. La flotte marchande mondiale

Au premier janvier 2020 la flotte mondiale comptait 52 461 navires de plus de 1.000 GRT pour un total de 2.051.019.000 DWT (port en lourd), **

Classement mondial des navires de 1000 DWT ou plus

Pavillon

Nombre de navires

Panama

panama.png

6528

Chine

chine.png

4603

Liberia

liberia.png

3686

Iles Marshall

iles_marshall.png

3592

Singapour

singapour.png

2613

Hong Kong

hong_kpng.png

2425

Indonesie

indonesie.png

2293

Malte

malte.png

2175

Nationalité des plus grands armateurs du monde

Flotte Tonnage DWT

Grèce

grece.jpg

363.867.000

Japon

japon.png

233.195.000

Chine

chine.png

229.247.000

Singapour

singapour.png

137.396.000

Hong Kong

hong_kpng.png

101.635.000

Allemagne

allemagne.png

89.412.000

Corée du Sud

coree_sud.png

80.595.000

Norvège

norvege.png

63.985.000

Bermudes

bermudes.png

60.414.000

USA

USA.png

57.688.000

Classement des pays Européens

Les plus importantes nations maritimes Européennes en nombre de navires :

Pays

Nombre de navires

Malte

malte.png

2175

Norvège

norvege.png

1563

Royaume Uni

royaume_uni.png

1425

Italie

italie.png

1324

Grèce

grece.jpg

1293

Pays-Bas

pays_bas.png

1210

Chypre

chypre.png

1036

Danemark

danemarh.png

692

Portugal

portugal.png

673

Allemagne

allemagne.png

607

Les plus importantes nations maritimes Européens en port en lourd -DWT

Pays

DWT

Malte

malte.png

109.127.000

Grèce

grece.jpg

69.162.000

Royaume Uni

royaume_uni.png

45.045.000

Chypre

chypre.png

34.572.000

Danemark

danemarh.png

23.107.000

Norvège

norvege.png

21.966.000

Portugal

portugal.png

20.768.000

Italie

italie.png

13.453.000

Belgique

belgique.jpg

10.360.000

Allemagne

allemagne.png

8.493.000

** source : UNTACT- Décembre 2020

 oui.gif 3. Les armateurs Français. 

La France compte environs soixante armateurs opérant dans les différentes branches de l’industrie. Les principales activités sont les transports de conteneurs, pétrole, gaz, passagers et les activités offshores.

De plus amples informations concernant des armateurs et leurs activités sont disponibles sur  www.armateursdefrance.org

oui.gif 4. Les carrières dans la marine marchande

La marine marchande offre des carrières stables pour des officiers pont (Commandant) et des officiers mécaniciens (Chef mécanicien). Les officiers pont sont en charge de la navigation, les chargements ainsi que la sécurité et sureté. Le Commandant a la responsabilité globale du navire. Les officiers mécaniciens ont en charge côté technique du navire.

  Les salaires sont en fonction du grade et peuvent aller de 3.000 à 5.000 Euros voir plus selon la taille et type du navire. Si les périodes de navigation peuvent être longues (jusqu'à 3-4 mois d'affilée), elles sont suivies de récupération tout aussi longues. Trois mois de vacances peuvent succéder à trois mois de travail, un rythme que certains apprécient. Dans l’industrie off-shore, la rotation 4 semaines à bord suivie de 4 semaines de récupération sont en générale la règle. 
 

oui.gif 5. L’enseignement et les carrières maritimes en France et en Europe. 

puce.gif L’enseignement

L’enseignement maritime en France et dans le monde est basé sur des conventions internationales de l’Organisation Maritime Internationale – IMO – qui est l’agence des Nations Unies pour les affaires maritimes. La convention Internationale STCW 2012 – Standard Training for Crew and Watchkeeping – définit les critères minimaux pour la formation des marins, aussi bien les officiers que les équipages. Toutes les nations qui sont membres des Nations Unies et qui ont ratifiées la convention STCW 2012 ont les mêmes minima pour la formation des marins. Un grand nombre des écoles d’enseignement maritime ont des standards plus élevés que le minimum requis par la convention. En Europe les études maritimes sont du niveau BAC + 5. Les diplômes délivrés par les écoles nationale supérieures maritimes – ENSM - sont reconnues dans le monde entiers et vous autorisent  de naviguer sous tous les pavillons.

Les écoles en France :

ENSM de Marseille - 39, avenue du Corail CS 50040 - 13285 Marseille Cedex 08
Numéro du site de Marseille : +33(0)9 70 00 04 72 / ensm.marseille@supmaritime.fr                        

ENSM du Havre - 10, Quai Frissard - 76600 Le Havre
Numéro du site du Havre : +33(0)9 70 00 03 80 / ensm.lehavre@supmaritime.fr

ENSM de Saint-Malo - 4, rue de la Victoire BP 109 - CS 71831 - 35412 Saint-Malo Cedex
Numéro du site de Saint-Malo : +33(0)9 70 00 04 10 / ensm.saint-malo@supmaritime.fr

ENSM de Nantes - 38, rue Gabriel Péri BP 90303 - 44103 Nantes Cedex 04
Numéro du site de Nantes : +33(0)9 70 00 04 30 / ensm.nantes@supmaritime.fr

Il est à noter qu’en générale dans la majorité des pays Européens l’accès à l’enseignement maritime se fait par concours ce qui est également le cas en France. Ceci a comme conséquence qu’un grand nombre de jeunes Français font leurs études en Belgique (Anvers) à l’Antwerp Maritime Academy  (HZS/ESN) qui a une section française. 

Antwerp Maritime Academy - Noordkasteel Oost 6 - 2030 Antwerpen. Tel. +32 (0)3 205 64 30 

E-mail: info@hzs.be

puce.gif Les carrières 

Dans la marine marchande les promotions peuvent être très rapides et souvent on peut atteindre le poste de Commandant ou Chef  mécanicien à l’âge de 30 ans. Mais les carrières de navigants aussi bien pour les officiers pont que mécaniciens sont relativement coutes. En générale et ceci pour des raisons familiales les carrières de navigant se terminent après 10 à 15 ans.  De nos jours il est rare que quelqu’un reste en mer jusqu’à l’âge de la retraite.
    
La question souvent posée  est : QUE PEUT-ON FAIRE APRES UNE CARRIERE DE NAVIGANT ? 

Après une carrière de navigant, les diplômes des écoles supérieures maritimes vous donnent accès à un grand nombre de postes dans différentes branches de l’industrie maritime comme le pilotage, les administrations portuaires, l’administration maritime, les sociétés de classification comme le Bureau Veritas,  les compagnies d’assurance spécialisées dans l’assurance maritime, les chantiers navals, pour ne citer que celles-là. Les compagnies pétrolières emploient un grand nombre d’anciens navigants comme spécialistes marine pour leurs opérations off-shore. On retrouve un grand nombre de Chef-Mécaniciens comme cadres dans les raffineries et l’industrie pétrochimique. En générale les anciens navigants sont appréciés pour leur compatibilité à confronter et résoudre les problèmes posés rapidement. 
 



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02

Free counters!

MENTIONS LEGALES

Notre partenaire

cercle nautique Fumélois