Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

A nos Harkis Marine, frères d'arme et de coeur


Le 25 septembre 2006, tout juste affecté à ALFUSCO, j'accompagne l'amiral à une cérémonie "dans l'Ardèche", pour rendre hommage aux harkis de fa DBFM,
Maigres informations pour un sujet certainement important, un amiral ne traversant pas la France pour rien !

Je me renseigne, me documente et comprends que le terme de "supplétif" est bien ingrat au regard de la dévotion et du patriotisme dont vous avez fait preuve. La cérémonie finie, rendez-vous au Quartier Volpillaire pour un méchoui dans les règles de l'art, au son des you-yous.

Là, vous m'expliquez votre Histoire, avec émotion. Cette histoire et surtout votre accueil m'ont touché. Pour que votre sacrifice et votre attachement à la France, à la marine et aux fusiliers marins soient connus de tous, je profite de deux événements vous mettant à l'honneur pour rapporter les sentiments de l'amiral Oudot de Dainville, alors chef d'état-major de la marine et du contre-amiral Gillier.


EV Allaire


Extrait du Journal de bord du chef d'état-major de la marine - 6 juillet 2007

En mai 2006. j'ai assisté à Lorient aux cérémonies du 50ème anniversaire de la création de la demi-brigade de fusiliers marins. En parlant avec les représentants des harkis ayant servi au sein de cette brillante unité combattante dissoute en 1962, je leur ai promis de venir leur rendre visite à Largentière dans l'Ardèche. En effet, leur histoire, qui vous a été rappelée dans COLS BLEUS à la fin 2006 (NDLR : et le LIEN n°60), m'émeut sincèrement car elle allie les notions de patriotisme, de fidélité, de dévouement et de solidarité entre marins d'un même équipage qu'il soit à terre ou embarqué.
 

Ce samedi 6 juillet 2007, nous voici réunis pour la "journée du souvenir" commémorant l'action des harkis, sur la place ombragée de la sous-préfecture de Largentière. Quarante-cinq ans après leur arrivée en métropole, c'est la première visite d'un chef d'état-major de la marine en ce lieu où nos anciens ont aidé leurs camarades harkis et leurs familles à s'implanter après leur départ de la région de Nemours dans l'ouest Oranais.

Avec le préfet, nous dévoilons une plaque portant le nom de nos neuf anciens frères d'armes tués au combat. Que de temps écoulé pour que nous reconnaissions par une inscription sur un monument l'action de ceux qui sont tombés au nom de la France ! Le maire, le préfet, le président de l'association des harkis et moi-même prononçons de brèves allocutions dans lesquelles reviennent les valeurs d'honneur, de sacrifice, de solidarité et d'intégration. Mais au-delà des paroles prononcées, le caractère le plus émouvant de cette cérémonie, c'est la sincérité qui s'en dégage et la sobre fierté de nos anciens.
 


A midi, nous nous retrouvons tous autour du méchoui préparé par les plus jeunes. Dans leur regard, transparaissent à la fois leur admiration pour leurs aînés et leur avidité de cette reconnaissance de la France pour l'action de leurs parents, dont l'expression a tardé.
Six ans après le très bel hommage de l'amiral Jean Moulin prononcé en ce lieu, cette cérémonie de Largentière témoigne de la reconnaissance de la Marine à ses anciens frères d'armes, à la fois harkis et fusiliers marins, et notre estime pour leurs familles. L'action et le sacrifice de nos anciens marins et harkis doivent nous inciter à méditer sur le sens de l'engagement et de la solidarité.

Amiral Oudot de Dainville (extrait du Journal de bord du CEMM)

harkisAmiral3.jpg

harkisCVgillier.jpg

harkisMonum.jpg     harkisDBFM.jpg

> A lire : Les fils de la mer

Photos Marine Nationale (BAN Nîmes-Garons, M. Le Bail)




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Free counters! MENTIONS LEGALES