Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Felix JULIEN


 drap-Gfr.pngdrap-Dfr.png

Mort pour la France


 

JULIEN, Félix. Né le 22/05/1922 à FUMEL (47)

Il s'engage dans la Marine avec le grade de matelot mécanicien sur le cuirassé "Bretagne".

Il était à Mers-el-Kébir quand la flotte anglaise a bombardé la marine française. Félix est mort noyé.


Il est Mort pour la France le 03/07/1940.


JulienFelix-breta_01.jpg

Le cuirassé "Bretagne" a été coulé par la Royal Navy à Mers-el-Kebir le 3 juillet 1940.
Presque tout son équipage a perdu la vie dans ce naufrage qui est le plus meurtrier
de l'histoire de la Marine française.
 

JulienFelix-breta_04.jpg

Le "Bretagne" - Copyright de l'image © Michel Guyot, publiée avec son aimable autorisation.
Site du peintre Michel Guyot

L’attaque anglaise à Mers el-Kébir 

L’opération Catapult est décidée par Churchill afin d’empêcher l’Allemagne de s’emparer des navires français. Il s’agit de les détruire (Mers el-Kébir), de les neutraliser (Alexandrie) ou de s’en emparer (Angleterre). 
Depuis début juin, une grande partie de la flotte française est concentrée dans les ports africains. A Mers el-Kébir, port d’Oran, sont amarrés les croiseurs Dunkerque, Strasbourg et Provence, les vieux cuirassés Bretagne et Provence, le porte-hydravions Commandant-Teste ainsi que six contre-torpilleurs (Mogador, Volta, Terrible, Lynx, Tigre, Kersaint).
Le 3 juillet 1940, le commandant du port, l’amiral Gensoul, reçoit un ultimatum de l’amiral anglais Somerville : une escadre anglaise le somme de se rallier aux forces britanniques ou de se saborder, faute de quoi elle emploiera la force. On tente de négocier... mais les Français ne veulent pas croire à la réalité de la menace. En un quart d’heure, la quasi-totalité des navires est détruite par un déluge de feu. Toute fuite est impossible en raison de la position des navires (proue vers la terre). 1 300 Français y perdent la vie. Seul le cuirassé Strasbourg s’échappe et rallie Toulon. 
A Alexandrie, pour éviter un massacre similaire, un compromis est signé entre les amiraux français et britannique. Les croiseurs Duquesne, Tourville, Suffren, Duguay-Trouin ainsi que plusieurs torpilleurs dont le Protée sont partiellement désarmés et immobilisés. 
 

JulienFelix-breta_02.jpg

Mers-el-Kébir : les navires français juste avant l'attaque.

JulienFelix-breta_03.jpg

Mers-el-Kébir le 3 juillet 1940 vers 17h02. Le "Bretagne", en flamme, chavire avec 1000 marins.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Flag Counter MENTIONS LEGALES