Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Le CAFI de Sainte Livrade


Le CAFI.png  L'histoire du CAFI de Saint-Livrade. 

Sources : http://www.rapatries-vietnam.org/cafi-histoire.php      -      https://jh-cafisaintelivrade.blogspot.fr/

Le lieu dit «Moulin du Lot» à Ste-Livrade-sur-Lot, parcelle de 6 ha, fut choisi par les décrets-lois de Laval et de Daladier en octobre 1935 relatifs à l’expropriation, pour servir de cantonnement aux ouvriers réfugiés (Républicains Espagnols) amenés pour travailler sur le chantier de la Poudrerie (actuel Lycée Agricole) qui devait être construite sur la rive gauche du lot entre Casseneuil et Ste-Livrade.
Le chantier commence en octobre 1939, mais après sept mois d’activité effrénée il est stoppé par l’occupation allemande, la poudrerie ne verra jamais le jour.

De 1940 à 1947, s’installe le temps des occupations précaires et de l’avenir incertain. En septembre 1941, l’ensemble des terrains et les cantonnements du Moulin du Lot sont remis aux «Chantiers de Jeunesse». 1500 jeunes vont y accomplir leur temps d’armée. Les Chantiers de Jeunesse française sont dissous en 1944. Les jeunes  refusent le départ qui leur est imposé ensuite pour aller travailler en Allemagne, ils vont rejoindre les maquis en formation qui les placent dans les fermes. 

Le camp accueille ensuite une compagnie d’instruction de fusiliers de l’Air, Ste-Livrade est devenue une ville de garnison. Puis, successivement, passeront par le camp de Ste-Livrade des régiments coloniaux notamment des Réunionnais, puis des soldats Russes prisonniers de l’armée allemande de la poche de Royan. Le camp est désaffecté en 1947.

Après la chute  de Dien Bien Phu et les accords de Genève en 1954, l’Indochine est partagée en deux. Le retrait de la France du Sud-Vietnam en avril 1956 conduit tous ceux qui ne veulent pas vivre sous le régime du Nord Vietnam à être rapatriés en France, l’Etat français prenant en charge les couples mixtes ou les veuves de Français (soldats ou fonctionnaires) ainsi que leurs enfants eurasiens, qui fuyaient la guerre et le communisme. Près de 1200 personnes dont 740 enfants sont accueillis sur la commune de Sainte Livrade dans ce camp de transit qui deviendra le Centre d’Accueil des Rapatriés d’Indochine (CARI) puis plus tard le Camps d’Accueil des Français d’Indochine (CAFI).
 

Le CAFI2.jpg

L’entrée du CAFI dans les années 60

Le CAFI3.jpg

Vue générale au bord du Lot

Le camp est réaménagé dans l’urgence, les cantonnements sont découpés en 300 logements sans confort (ni salle d’eau, ni eau chaude, les latrines sont à l’extérieur). La vie est organisée  en quasi autarcie avec un dispensaire, une école, deux lieux de culte (une pagode et une église),  deux commerces (produits asiatiques et une épicerie), une entreprise locale de fabrique de chaussures. Il est placé sous tutelle militaire et un règlement particulièrement sévère et restrictif (l’arrêté Morlot de 1959) régit la vie quotidienne.

D'abord rattachés au ministère des affaires étrangères, les rapatriés du CAFI ont ensuite été administrés par huit ministères successifs. Les directeurs du camp étaient des anciens administrateurs des colonies. 
Village asiatique, destiné en 1956 à être « une cité provisoire », le lieu est resté en l'état et s'est délabré sans jamais connaître de rénovation de fond. Il est le seul camp en France à être resté sous tutelle militaire jusqu'à sa vente en 1981 à la municipalité qui a manifesté d’emblée  son intention de le réhabiliter. En 1999, la municipalité, aidée de l'Etat, engage un programme de réhabilitation d'urgence pour les logements ne bénéficiant pas du confort sanitaire minimal.
 

Le CAFI4.jpg Le CAFI5.jpg

Mais il faudra attendre 2009 pour que la réhabilitation intégrale du centre puisse être entreprise   en bénéficiant de co-financements Etat-Région pilotés par l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). Les anciens baraquements (36 bâtiments) sont désormais remplacés par des pavillons d’habitation tout à fait dignes, confortables et esthétiquement réussis.
 

Le CAFI6.jpg

L’inauguration du nouveau CAFI  a eu lieu les 14 et 15 aout 2014 :

Le CAFI


 

- le jeudi 14 août, l’évêque d’Agen, Mgr Hubert HERBRETEAU procédait à la réouverture de la chapelle des Saints Martyrs du Vietnam et à sa bénédiction au cours d’une messe particulièrement vivante et pleine d’émotion. Il bénissait également le nouveau mémorial dédié aux victimes de la guerre d’Indochine

Le CAFI


 

- le vendredi 15 Août 2014, la Communauté bouddhiste du CAFI a vécu la consécration de la nouvelle Pagode par le vénérable  TRAN DUC TOAN. Ce fut ensuite, l’inauguration civile officielle du nouveau CAFI par M. Johann MOUGENOT (Sous-Préfet), M. Pierre-Jean PUDAL (Maire de de Sainte-Livrade), Mme Claire PASUT (Vice-Présidente CAGV) et M. Jean-Louis COSTES (Député de Villeneuve)

Le CAFI.png  La préservation d’un lieu de mémoire

Depuis 1956, le CAFI était devenu le dernier symbole de la présence française en Indochine. C’est la mairie qui, en 2009, a sollicité l’État pour envisager la protection du CAFI en tant que lieu d’histoire. À ce titre un périmètre a été préservé au CAFI afin de manifester son caractère historique unique en France, à travers les vestiges des soixante ans passés dans ces lieux. Cela a permis de conserver quatre barres de bâtiments, la Pagode, son monument cultuel ainsi que la Madone et son cadre végétal. Ce lieu a été reconnu comme un lieu de mémoire et depuis le 29 juin 2012, cette partie du CAFI, dit le camp du Moulin du Lot, est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
 

Le CAFI


 

C’est dans ce cadre, sous l’impulsion des Anciens Combattants du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) soutenus par la FACOM (fédération des anciens combattants d’outre-mer), qu’a été érigée et inaugurée le 8 juin 2005 la première stèle à la mémoire des soldats Morts pour la France en terre indochinoise pendant toute la période de la guerre d’Indochine (1945-1954). 

C‘est ainsi que depuis l’instauration en 2005 ( décret du 26 mai 2005) d’une journée nationale d’hommage aux "Morts pour la France" en Indochine, les associations d’Anciens combattants du canton de Sainte Livrade et notamment  le comité cantonal de l’Union fédérale, ainsi que l'Association des résidents et amis du CAFI (ARAC) et l’association des Pupilles de la Nation rendent hommage aux victimes de la Guerre d’Indochine le 8 juin de chaque année à l’occasion d’une cérémonie patriotique organisée avec la participation  notamment de la FACOM  et de l’UNP (Union Nationale des Parachutistes).
 

Depuis 2014, cette cérémonie jusque- là  locale, s’est élargie et concerne aujourd’hui l’ensemble de la circonscription de Villeneuve dans la mesure où les communes concernées souhaitent y participer.
En effet, faisant le constat que l’organisation de cette cérémonie dans les communes du territoire perdait de son sens en raison de la disparition des anciens combattants du CEFEO et de la désaffection de la population vis-à-vis de cette « guerre oubliée », le Général Daniel Vilain, alors président du comité d’entente des associations patriotiques et combattantes du Villeneuvois a convaincu Patrick Cassany, maire de Villeneuve et président de la Communauté d’Agglomérations du Grand Villeneuvois d’arrêter les commémorations annuelles à Villeneuve et de participer à celles de Sainte Livrade.  La première cérémonie à caractère inter-communal a ainsi eut lieu le 15 aout 2014, lors de l’inauguration du nouveau monument dédié aux victimes de la guerre d’Indochine, avec la participation de nombreux élus et associations d’anciens combattants venant de la plupart des cantons de la circonscription. Ce nouveau monument réalisé à l’initiative du Comité du Mémorial départemental implanté à Agen évoque une réplique très simplifiée du monument agenais tout en restant comme lui, le gardien du souvenir, le gardien de la mémoire vis-à-vis de la population de la circonscription de Villeneuve. 
La cérémonie du 8 juin au CAFI de Sainte Livrade-sur-Lot  attire désormais un public nombreux  rassemblé dans un lieu de mémoire chargé d’histoire, renforçant ainsi la solennité de l’hommage rendu aux victimes de la guerre d’Indochine et faisant en sorte qu’elles ne soient plus des oubliées de l’histoire.
 



booked.net
+23
°
C
+23°
+19°
Fumel
Lundi, 02
Free counters! MENTIONS LEGALES